Est-il possible d’arrêter de se ronger les ongles avec les huiles essentielles ? Si oui, quelle heureuse nouvelle pour ceux et celle qui souffrent d’onychophagie (c’est le nom scientifique de cette manie courante) ! On imagine que certaines huiles essentielles appliquées sur l’ongle puissent lui donner un goût suffisamment détestable pour décourager les plus « accros » d’entre nous. Ou que l’utilisation des huiles essentielles anti-stress puisse agir en profondeur pour atténuer l’anxiété et éviter le recours à cette attitude compulsive.

Avant de savoir comment arrêter de se ronger les ongles avec les huiles essentielles, essayons d’ici voir plus clair. Qu’est-ce que l’onychophagie et qui touche-t-elle ?

Se ronger les ongles est une façon d’exprimer et de libérer son anxiété. Il faut savoir qu’une personne sur 3 s’est rongé les ongles au cours de sa vie. Mais cela peut au fil du temps provoquer des infections locales par suite de micro lésions cutanées : c’est le cas quand l'ongle est rongé jusqu'à la matrice.

En France, environ 6 millions de personnes voudraient s’arrêter, dont une majorité de femme, pour des raisons esthétiques. Beaucoup d’entre elles optent d’ailleurs pour la pose de faux ongles, ce qui laisse à l’ongle réel le temps de pousser et aux cuticules tout autour de se régénérer.

L'onycophagie correspond à deux mouvements psychiques, selon la nature introvertie ou extravertie du sujet concerné, adulte, enfant ou ado :

- rogner une partie de son propre corps pour occuper le moins d’espace possible, pour se replier sur soi et se protéger du monde extérieur

- retourner son agressivité contre soi pour rester socialement intégré, être apprécié et/ou aimé

L’aromathérapie offre des réponses intéressantes à l’onycophagie. Badigeonner vos ongles meurtris avec de l’huile essentielle de laurier leur permet de se restructurer plus vite, plus forts et moins abîmés. Leur goût est différent, et l’on sait combien les changements même minimes dans un rituel compulsif empêche la personne qui s’y adonne d’y trouver son compte.

L’emploi de l’huile essentielle de cannelle est parfois conseillé : c’est une aberration. Non seulement les propriétés dermo-caustiques de la cannelle atteignent la structure de l’ongle mais en plus, les lésions environnantes sont brûlées, ce qui peut être très douloureux. Essayez plutôt l’huile essentielle de thym à linalol ou l’huile essentielle de sauge sclarée si le laurier n’est pas assez fort pour vous : l’amertume de vos ongles pourrait bien vous conduire à arrêter radicalement de les ronger.

Misez sur la diffusion ou les massages à base d’huile essentielle de lavandin abrial et d’huile essentielle de myrte pour agir sur vos tensions internes et calmer le stress qui vous pousse à l’onycophagie. Ces produits sont efficaces au bout de quelques jours d’emploi régulier.

Enfin, boire un peu d’eau florale de camomille romaine dans un petit verre d’eau 3 fois par jour, c’est un bon truc naturel pour calmer le jeu et apaiser vos angoisses.


Mes conseils en + :

Savez-vous que mâcher du chewing gum à la place est une occupation qui ressemble beaucoup, sur le plan comportemental, au fait de se ronger les ongles. Ce n’est pas une solution idéale ni surtout définitive, mais elle peut temporairement aider à sortir du mécanisme de l’habitude.

Verbaliser son anxiété auprès d’un praticien et avoir une activité physique régulière sont vivement recommandé quand on décide d’arrêter de se ronger les ongles, avec les huiles essentielles en appui technique, vous y parviendrez.