Les huiles essentielles ont elles une date de péremption ? Faut-il être attentif au temps qui s’écoule entre le moment où on ouvre le flacon et on commence à utiliser ses huiles essentielles et le jour où on emploie les dernières gouttes ? Doit-on craindre une détérioration du produit et donc, une diminution des bienfaits et vertus thérapeutiques attendues ?

Autant de questions importantes qui se posent forcément à vous lorsque vous êtes débutant en aromathérapie. Néroliane répond en détail à cette interrogation légitime : « les huiles essentielles ont elles une date de péremption ? » en distinguant le type de produits en cause, et la différence entre date de péremption et date limite d’utilisation optimale (DLUO).

Les huiles essentielles sont des concentrés de principes actifs élaborés par certaines plantes, dites aromatiques, classés par familles biochimiques et parfaitement connus. Ces composés sont isolés par distillation du végétal fraîchement cueilli ou d'une sève résineuse, ou encore par l'expression à froid d'écorces de fruits (zestes).

Huile essentielle est un terme générique. A ce stade, il est important de distinguer huiles essentielles et essences d’agrumes.

 Les essences d’agrumes, encore appelées zestes, sont obtenues par expression à froid d'écorces d'agrumes. Ces huiles essentielles type type particulier sont assimilables à des produits « semi-frais ». Elles sont sujettes à oxydation, plus ou moins rapide selon la manière dont vous les conserverez. L’idéal reste de les placer dans un endroit frais à l’abri de la lumière et le flacon bien hermétiquement fermé. Evitez aussi tout contact direct entre votre peau (le bout des doigts, par exemple) et le goutteur du flacon, pour conserver votre produit parfaitement intact.

Les huiles essentielles d’agrumes se conservent très bien, une fois le flacon ouvert, dans la porte de votre réfrigérateur. Un conseil simple : notez la date d'ouverture du flacon sur l’étiquette. Et soyez attentif à leur odeur : l’oxydation est très vite perceptible sur une huile essentielle de citron, une huile essentielle de orange, de mandarine, etc.

Les autres huiles essentielles issues de plantes aromatiques ont été stabilisée par le processus d’hydro-distillation. Leur composition biochimique, riches en monoterpénols, phénols et autres molécules anti-bactériennes et anti-virales, protègent leur composition au fil des ans. On peut dire sur le principe que ces autres huiles essentielles sont très stables dans le temps. 

La très grande majorité des des fournisseurs d’huiles essentielles fixent arbitrairement la date limite d'utilisation optimale (DLUO) de leurs produits à 3 ans, pour ne pas avoir à suivre les lots qu’ils vendent. Néroliane a opté pour une DLUO d’un an à partir de l'analyse chromatographique du lot considéré. Si le lot n’est pas entièrement vendu au bout d’un an, Néroliane demande à son laboratoire de contrôle une nouvelle analyse, afin de vérifier que le produit est resté intact. Dans les faits, si le lot est déjà étiqueté, la DLUO figurant sur l’étiquette peut arriver à terme, ce qui ne signifie en aucune manière que le produit est périmé au-delà de cette date ! Une DLUO de un an seulement, une nouvelle vérification, c’est bien moins « confortable » que les 3 ans posé d’office par nos concurrents ! Mais chez Néroliane, votre intérêt prime !

Sachez, pour être totalement rassuré, que la Direction générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes elle-même autorise la vente de produits sur l’étiquette desquels la DLUO est dépassée, ce qui prouve bien que l’huile essentielle en question est propre à l’utilisation. Chez Néroliane, nous avons fait un choix qui, commercialement, n’est pas « porteur », mais qui satisfait notre déontologie.

Alors, quand on vous demandera : « les huiles essentielles ont elles une date de péremption ? », vous saurez expliquer que la DLUO figurant sur l’étiquette n’est pas une date de péremption mais un choix déontologique !