Il est temps d’en finir avec la confusion, encore trop fréquente, entre l’huile essentielle de Ravensara et l’huile essentielle de Ravintsara.

Trop de personnes se détournent de l’aromathérapie préventive, convaincues qu'elle n'est pas très efficace. La réalité, c’est que le produit employé n’était pas le bon produit.

C'est plus que dommage. Je pense surtout à toutes celles qui souffrent d'un herpès ou d'un zona et qui pourraient trouver un réel soulagement à utiliser l'huile essentielle de Ravintsara. Parce que l'huile essentielle de Ravintsara est vraiment un produit phare en aromathérapie. Il a tout : souplesse d'emploi, efficacité, senteur agréable... Il peut être employé en diffusion, en massage, en bain aromatique. Alors ?

La confusion entre les plantes produisant les huiles essentielles de Ravensara aromatica, de Ravintsara et de Ravensara anisata a récemment pris fin. Jusqu'à présent, chacun y allait de ses propres déductions, s'inspirant des indications des producteurs locaux, des informations livresques et scientifiques et des avis glanés un peu partout.

Une huile essentielle dont l'odeur a changé

Au cours des 10 dernières années environ, l'odeur de l'huile essentielle de Ravintsara a notablemment changé, y compris dans la filière bio. S'agissait-il toujours de la même plante ? Face à une demande mondiale toujours croissante, les producteurs ne s'étaient-ils pas mis à commercialiser une huile essentielle proche mais qui n'avait, sur le plan olfactif et thérapeutique, plus rien à voir avec l'ancienne ?

La réponse est simple et le soupçon de fraude peut être écarté. L'exploitation intensive des stations qui fournissaient du Ravintsara a conduit à leur dévastation progressive. Les cueillettes ont donc eu lieu de plus en plus souvent (et aujourd' hui, presque exclusivement) en d'autres lieux. A terrains et expositions différents, arômes differents. L'ancien et le nouveau “ravensare” présentent des chémotypes distincts, mais dont les faibles variabilités ne touchent que la fragrance : leurs vertus thérapeutiques sont similaires.

Une plante dont la dénomination botanique était flottante

Tout ce qui a été affirmé jusqu'à ce jour à propos de l'opposition entre "ravensare" (ou ravensara) et ravintsara est à oublier. L'erreur d'origine, publiée dans un ouvrage de référence réédité mais non corrigé, est à la source de cette confusion qui risque de perdurer encore quelque temps. Sous la dénommination botanique de Ravensara aromatica, on trouve la description des effets et usages thérapeutiques d'une huile essentielle touchant la sphère nerveuse et présentant de fantastiques propriétés anti-virales. Cette description s'applique en fait à l'huile essentielle de Ravintsara (Cinnamomum camphora).

L'huile essentielle de Ravensara (aromatica, en latin), présente des vertus très intéressantes mais différentes. C'est un très bon anti-inflammatoire qui soulage les douleurs articulaires et les tendinites. Il peut même être intégré à un mélange d'huiles essentielles contre l'acné. Il calme les spasmes digestifs, il régule le cycle féminin et la régularité de l'arrivée des règles.

Seul hic : contrairement à l'huile essentielle de Ravintsara, autorisée pendant la grossesse, le Ravensara, lui, est interdit pendant la grossesse.

Quant à l'huile essentielle obtenue par distillation de la plante Ravensara anisata, elle présente des propriétés proches de celles de Ravensara aromatica, à ceci près que l'obtention de cet arôme a des conséquences écologiques dramatiques : l'arbre est écorcé et donc, promis à mourir. L’éthique Néroliane n’encourage évidemment pas la production de cette huile essentielle : nous refusons de nous approvisionner de ce produit.